Jusqu'où je peux négocier avec les fournisseurs de mon mariage ?9 décembre 2015, par Charlotte

Sujet tabou ! Sujet tabou ! Sujet tabou ! Aujourd’hui, je me lance dans le grand bain. Oui, je sais, le sujet est plus que brûlant autant pour les futurs mariés que pour les professionnels du mariage. Mais, il faut qu’on en parle tout simplement parce qu’on voit trop souvent les mêmes erreurs (de deux côtés). Et notre but chez Crazy in Love restera toujours de vous fournir le plus d’aide possible pour rendre votre journée de mariage exceptionnelle et à votre image.

– La règle de base –

Tous les professionnels du monde du mariage proposent leurs tarifs selon deux principes simples : les tarifs fixes ou les tarifs sur mesure. Comme pour toutes les entreprises, sachez qu’ils ont une marge de négociation mais elle reste aléatoire en fonction du professionnel à qui vous vous adressez. Nous estimons que la marge de profit d’un fournisseur se situe dans une moyenne de 30%. Profit, cela veut dire la marge avec laquelle il peut investir dans de son marketing ou encore dans l’achat d’un nouvel appareil photo ou encore offrir à ses clients des petits cadeaux à la remise de leurs photos. Oui oui, les 30% ça ne sert pas forcément à juste payer ses vacances aux Bahamas cet hiver.

– Savoir évaluer son budget –

En tant que futurs mariés organisés et prévoyants (oui, je sais j’idéalise !!), vous devez avant tout évaluer le budget global que vous allez pouvoir dépenser pour votre mariage.

Dans un mariage, il y a des frais fixes et des frais variables. La tenue de la mariée est un frais fixe. Que vous fassiez un elopement ou un mariage de 1000 personnes, vous n’allez pas arriver nue (si vous avez cette idée, svp oubliez-la). Les frais variables sont la nourriture et les boissons par exemple.
Si vous payez tout de A à Z, n’oubliez pas que votre budget reste le même que vous invitiez 100 ou 300 invités. Par contre, si vous avez décidé que chaque invité paie sa part lors du retour d’invitation (le fameux RSVP), vous pouvez alors calculer un budget plus conséquent.

Après cela, c’est à vous de fixer vos priorités : vous préférez mettre plus de budget sur votre photographe ou votre DJ… A vous de donner des « enveloppes » par « postes de dépenses ». Je commence à parler comme un contrôleur de gestion… ça va mal ! Oui, préparez-vous, vous allez devoir faire des choix.

A partir de ce moment-là et uniquement à partir de ce moment-là, vous avez donc un budget qui est viable.

– Ne faites pas perdre leur temps aux fournisseurs de mariage –

Les fournisseurs de mariage disposent tous de tarifs « à partir de… » qui sont disponibles sur leur site ou sur simple demande, ce qui vous permettra de savoir si oui ou non vous pouvez vous offrir leurs services. Ne perdez pas votre temps à essayer de négocier avec Victoria*, la reine de l’organisation de mariages de votre ville si son tarif de base est l’équivalent de votre budget global. On s’entend que ça n’a pas d’allure.

– Négocier avec une petite entreprise ou une grande entreprise, toute une différence –

Négocier est un art mais il y a aussi une étiquette (c’est le protocole, vous ne pouvez pas passer à côté). Il est plus facile de négocier en sachant à qui on s’adresse. Alors n’oubliez pas d’y faire attention !

Les grosses entreprises ont plus de marge de négociation que les petites entreprises, ça c’est à savoir. Les grandes entreprises ont plusieurs équipes donc l’entreprise ne sera pas mobilisée au complet juste pour vous. Elle pourra faire rentrer des budgets sur différents clients. Alors qu’avec une petite entreprise, la négociation reste délicate. Claudia*, votre fleuriste n’a que 24h dans sa journée et deux mains. Elle sera mobilisée à elle toute seule juste pour votre mariage. Donc la marge de négociation est plus difficile à faire.

De plus, la négociation doit se faire au bon moment. En effet, si vous connaissez votre enveloppe budgétaire, vous devez l’annoncer. Elle permettra alors aux fournisseurs de pouvoir vous offrir plusieurs propositions jusqu’à atteindre votre budget et si ce dernier est intelligent dans sa négociation de ventes, il vous proposera aussi des options.

– Je prends plus de services ou produits, je peux bénéficier d’un meilleur tarif global –

Ca c’est la règle d’or avec tous et c’est logique.

En fait, il faut savoir que c’est la gestion d’un client qui est vraiment important et surtout le fameux: dépense par client. Il faut jouer sur ce point là car vous n’êtes pas un client qui va revenir chaque semaine. Pour un professionnel il est toujours plus intéressant de faire un rapport 1 client rapporte 100, plutôt que 10 clients rapportent 10 chacun. Même si le résultat est le même, la gestion de 10 clients est plus difficile VS la gestion d’1 client.

Là, j’ai vraiment l’impression de m’adresser à mes anciens élèves de cours de communication événementielle.

– Trop négocier, ça n’est pas bon –

Sincèrement, et là j’en appelle à votre raison. Des fois, trop négocier ça amène votre fournisseur à être légèrement mal à l’aise car il a l’impression que vous ne respectez pas son travail.

– Arrêtez avec les échanges de visibilité –

Je voulais remettre les pendules à l’heure aussi sur un point qui commence vraiment à me chauffer les oreilles. Quand j’entends des futurs mariés dire qu’ils pensent pouvoir avoir des services ou des produits gratuits parce que leur mariage va être publié dans 3 publications papier ou sur le blogue de Les Mariages les plus beaux du Québec* ça me dépasse. Déjà, aucune publication ne peut s’engager à publier de façon sûre et certaine un mariage si la rédactrice ou le rédacteur en chef n’a pas vu l’ensemble du mariage (autant l’histoire que les photos mais aussi la vidéo dans certain cas). Puis si la publication décide de ne pas publier les photos du gâteau de mariage alors que celui-ci a été fait gratuitement par Paolo* le pâtissier, vous aurez l’air de quoi !? Alors gardez votre dignité, gardez votre réputation aussi et payez les professionnels comme il se doit.

– Les heures de service, ça se paie –

Je l’ai bien trop souvent vu… Le fait de vouloir négocier sur le nombre d’heures de services d’un professionnel est vraiment très difficile à accepter aussi. N’oubliez pas que le professionnel doit être payé le nombre d’heures travaillées, c’est légal.

– Alors, on a le droit de négocier quoi ? –

Je pense que si (et uniquement si) vous devez négocier un devis, un pourcentage de 5 à 10% maximum est envisageable pour les petites entreprises et de 10 à 20% pour les grandes entreprises. Par contre, et cela sera toujours bénéfique pour vous, je vous conseille de négocier uniquement avec un professionnel (deux maximum) pour chaque poste (de dépenses).

– Pour vos chers professionnels – 

Vous pouvez bien évidemment vouloir offrir à un de vos clients un service ou un produit. Je trouve ça même très bien de le faire pour vos clients chouchous. Ce que je vous conseille par contre c’est toujours de l’indiquer dans votre devis. C’est à dire que les clients sauront alors de vous avez fait un effort et que vous avez donc offerts XX dollars de services et produits. Un client qui est informé et un client qui saura aussi vous remercier comme il se doit. Attention aussi à ne pas vouloir être trop généreux. Vous allez projeter sans le vouloir un service ou un produit à rabais qui ne sera pas dans la continuité de votre image de marque.

Bon courage à tous dans vos négociations, autant les professionnels que les futurs mariés !

PS : Les prénoms ou les noms d’entreprises en italique suivis d’une étoile sont fictifs.

Crédits des professionnels

Photo par Emilie Iggiotti // Stand par Sophie Sucrée lors du Bridal Boudoir Affair 2015. Photo d’illustration qui n’a rien à voir avec les propos ci-dessus.

Par Charlotte

J’aime écrire mes articles devant un bon dessert sans gluten et des tonnes de thé. Parce que la vie est un petit nuage de barbe à papa.

Votre commentaire...

TOUS LES CHAMPS SONT OBLIGATOIRES