Se dire je t'aime2 mars 2015, par Charlotte

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de découvrir le travail de Martine L Image. Et j’ai eu un véritable coup de foudre « photographique ». Quand, j’ai vu une photo de cette séance romantique montréalaise … j’ai craqué ! Je ne pouvais pas passer à côté de cette merveille.

Je vous laisse donc découvrir l’histoire d’amour d’Elisabeth & Diego.

PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE

Un peu … « Vamos despacio para encontrarnos. La paciencia es la madre de todas las virtudes. » C’est sur ces paroles, belles et fortes à la fois, que tout a commencé un soir d’hiver à Buenos Aires. Sans le savoir, ces mots allaient marquer le pas de notre relation. Diego, Argentin et moi, Québécoise. Nous nous sommes rencontrés en juin 2011. Il travaillait à la réception de l’auberge de jeunesse où je me suis arrêtée le premier soir de mon long séjour à Buenos Aires. Ceci n’est pas une histoire de coup de foudre passionnel ni de destin. C’est plutôt une histoire de chance, qui est longue et lente, remplie de rebondissements, de retrouvailles, de compréhension et de patience.

PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE

Beaucoup … Notre relation a tout d’abord été celle de cliente-employé d’hôtel. Il m’aidait à retracer mes bagages perdus en vol entre Montréal et Buenos Aires et moi, je m’asseyais à la réception de l’auberge pour parler avec lui les soirs où il n’y avait pas beaucoup de clients. Puis, nous sommes devenus vecinos – voisins. Sans le savoir, j’avais loué une chambre dans le vieux quartier de Buenos Aires, à quelques pas de chez lui. De temps à autres, on s’appelait, il me visitait ou on étudiait ensemble.

PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE

Passionnément … Ensuite, les voisins se sont convertis en amants. On se voyait de plus en plus, on s’aimait bien mais sans plus. En fait oui, avec « plus ». Il ne le savait pas mais il me faisait complètement capoter. Mais mes émotions étaient confuses. Il m’arrivait parfois de m’impatienter, de vouloir aller trop vite et de ne pas avoir confiance. Ça lui arrivait de ne rien comprendre, d’avoir peur et de se fermer. Pour chacun, l’amour entre deux étrangers était un terrain complètement inconnu. C’est alors que je suis partie vivre au Brésil. Notre statut est alors passé de « amants » à « amis ». On se parlait, on s’écrivait, on s’appelait. On entretenait notre relation malgré la distance. Sans s’en rendre compte, on bâtissait notre couple, lentement et patiemment. On apprenait à se connaître pour vrai. On découvrait nos passés et on dessinait nos ambitions.

PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE

Mais surtout à la folie … Enfin, après des dizaines de pages d’agenda tournées, de moments d’hésitation, de surprises et de déception, après de multiples séjours ici et là, je suis revenue à Buenos Aires. Nous sommes devenus un couple. Un vrai. Amoureux et fort, avec nos petites habitudes, nos rêves, nos délires, nos projets et nos disputes. La patience aura portée fruit. Peu importe les kilomètres entre Montréal et Buenos Aires, on s’accompagne dans tout, on se complète, on se comprend, on se fait du bien et on s’aime par-dessus tout.

PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE
PHOTO PAR MARTINE LAVOIE POUR MARTINE L IMAGE

On est crazy de … ces photos absolument magnifiques !! Cet amour fou … Un vrai conte de fées moderne.

Crédits des professionnels

Photos par Martine L Image

Par Charlotte

J’aime écrire mes articles devant un bon dessert sans gluten et des tonnes de thé. Parce que la vie est un petit nuage de barbe à papa.

Votre commentaire...

TOUS LES CHAMPS SONT OBLIGATOIRES